Jeunesse et études dans l’Empire d’Autriche

Nikola Tesla naît le 10 juillet 1856 à Smiljan (Aujoud’hui en Croatie mais dans les Confins militaires de l’Empire d’Autriche à l’époque) dans une famille serbe orthodoxe.

Son père, Milutin, était le prêtre orthodoxe de la ville. Le jeune Nikola montre de grandes aptitudes intellectuelles dès son plus jeune âge (il possède une mémoire eidétique). Après ses années de lycée il se lance dans des études d’ingénieur malgré les réticences de son père qui voulait qu’il devienne prêtre. Le père de famille le laisse finalement suivre la voie des sciences.

Milutin Tesla, père de Nikola
Milutin Tesla, père de Nikola

Grâce à une bourse attribuée par l’administration des Confins militaires (zone tampon créée par l’Empire Autrichien le long de ses frontières avec l’empire ottoman) il entre en 1875 à l’École polytechnique de Graz (Autriche) où il étudie les mathématiques, la physique et la mécanique.

Son acharnement au travail lui permet d’assimiler le programme des deux premières années en seulement un an. Malheureusement, il perd l’aide financière du gouvernement l’année suivante suite à la suppression des Confins militaires ce qui l’empêche de poursuivre ses études. Son père est prêt à l’aider mais ses maigres économies ne lui permettent pas de continuer à étudier.

Premiers emplois et premières inventions de Nikola Tesla

Il quitte Graz en 1878 pour s’installer à Marburg (Aujourd’hui en Slovénie) où il travaille pendant un an en tant qu’assistant ingénieur.

Son père le convainc par la suite d’entrer à l’université de Prague en 1880 mais il quitte l’institution au bout d’un semestre d’étude suite au décès de ce dernier.

Portrait de Nikola Tesla
Portrait de Nikola Tesla

Il déménage de nouveau l’année suivante pour s’installer à Budapest pour exercer un emploi d’ingénieur à l’Office centre du télégraphe.

En 1882, il est recruté par la société Edison General Electric Company lors d’un séjour à Paris. Il mettra au point le premier moteur à induction à courant alternatif et développe plusieurs instruments utilisant les champs magnétiques rotatifs.

Malgré plusieurs brevets, sa technologie peine à convaincre.

Collaboration avec Thomas Edison

En 1884, il décide alors de quitter l’Europe et d’émigrer aux États Unis pour travailler directement avec Thomas Edison.

À cette époque, le réseau électrique de New York est alimenté par du courant continu ce qui cause de nombreux problèmes (pannes, accidents, incendies) et les chutes de tension récurrentes obligent les ingénieurs à installer des centrales électriques tous les trois kilomètres.

De plus, la technologie permettant de modifier la tension n’étant pas encore au point à l’époque.En effet, l’électricité doit être produite à la tension adaptée à l’utilisation ce qui nécessite la mise en place d’un circuit de distribution différent pour chaque type d’appareil (moteur, éclairage, usage particulier…).

Afin de résoudre le problème Tesla propose à Edison d’utiliser le courant alternatif ce qui résoudrait les problèmes rencontrés. Edison n’y croit cependant pas du tout ce qui cause de nombreux conflits entre les deux hommes.

Finalement Edison autorise Tesla à travailler sur les problèmes de réseau de la ville et lui promet 50 000 dollars s’il parvient à les résoudre et à améliorer le système actuel utilisant le courant continu.

Il réussi au bout de quelques mois mais Edison refuse de lui remettre l’argent promis arguant que c’était un trait d’humour américain.

Se sentant insulté, Tesla démissionne.

Rivalité Nikola Tesla – Thomas Edison : la guerre des courants

Il créé alors sa propre société, la Tesla Electric Light & Manufacturing mais il doit en démissionner suite à des désaccords avec ses investisseurs financiers. En plus de ça, il perd le bénéfice des brevets déposés, ceux-ci restant la propriété des investisseurs.

Tesla se retrouve alors ruiné et devient terrassier dans les rues de New-York pour survivre.

En 1887, il s’associe de nouveau avec des investisseurs pour fonder la Nikola Tesla Company (il est cette fois détenteur de 50% des revenus de ses brevets). Tesla peut alors construire la génératrice à courant alternatif qu’il présente le 16 mai 1888 à l’American Institute of Electrical Engineers.

Nikola Tesla avec son équipement
Nikola Tesla avec son équipement pour produire du courant alternatif à haute fréquence

La même année, Tesla est embauché par George Westinghouse qui est également un ingénieur mais aussi le grand concurrent de Thomas Edison.

Tesla et Westinghouse se connaissent déjà depuis plusieurs années, le dernier cité ayant acheté le droit de produire le moteur à induction polyphasé inventé par le Serbe.

Une lutte s’engage alors entre le duo Westinghouse-Tesla et Edison qui malgré les avantages indéniables du courant alternatif reste un fervent défenseur du courant continu.

Edison lance une campagne de lobbying montrant les dangers du courant alternatif (à base d’électrocution de divers animaux, ces démonstrations mèneront d’ailleurs à l’invention de la chaise électrique pour l’exécution des condamnés à mort).

Après l’exposition universelle de Chicago en 1893 où Tesla arrive à mettre en place l’électrification de toute l’exposition sur la base du courant alternatif, la « guerre des courants » prend fin et Westinghouse obtient le contrat d’installation de toute l’infrastructure électrique des États-Unis.

Impasse scientifique et fin de vie du génie

Tesla travaillera par la suite sur plusieurs projets comme la transmission d’énergie sans fil ou bien la construction de robots télécommandés (torpilles à usages militaires notamment).

En 1901, il fera construire la Tour Tesla pour travailler sur la transmission radio longue distance.

La tour Tesla

Il est alors en compétition avec l’italien Guglielmo Marconi qui réussira le 12 décembre 1901 la première transmission radio trans-atlantique tandis que la Tour Tesla ne sera jamais opérationnelle et sera détruite en 1917.

Tesla sera lâché par ses différents investisseurs après cet échec, l’italien quant à lui recevra le prix Nobel de physique en 1909.

Tesla vivra par la suite dans l’hôtel New Yorker de Manhattan où il poursuivra quelques-unes de ses recherches (seulement financées par un salaire versé par Westinghouse).

Nikola Tesla avec le roi Pierre II de Yougoslavie
Nikola Tesla avec le roi Pierre II de Yougoslavie dans la chambre 3327 de l’hôtel New Yorker où il a vécu pendant dix ans

Il mourra dans sa chambre d’hôtel new-yorkaise le 7 janvier 1943 et ses funérailles auront lieu à la cathédrale Saint Jean le Théologien devant 2000 personnes.

Après un long procès, sa famille obtient que la totalité des effets personnels du physicien soient envoyés à Belgrade en 1952. En effet, tous les papiers du savant avaient été confisqués par le FBI juste après sa mort. Son urne funéraire fera le même trajet cinq ans plus tard.

Les documents scientifiques et l’urne funéraire sont aujourd’hui visibles au Musée Nikola Tesla de Belgrade.

Cet inventeur de génie aura été l’auteur d’environ 300 brevets et son nom sera donné en 1956 à l’unité d’induction magnétique : le tesla. C’est le seul avec le Français André-Marie Ampère à avoir donné son nom à une unité du système international.

De nombreux brevet sont attribués à tort à Thomas Edison qui a profité du travail du serbe et l’a fait passer pour le siens.


Pour en savoir plus sur Nikola Tesla

Mes Inventions. Autobiographie de Nikola Tesla, Nikola Tesla

L’homme qui inventa le vingtième siècle : Nikola Tesla, le génie oublié de l’électricité, Robert Lomas (2014)

Si vous aimez mes articles, n’hésitez pas à les partager sur les réseaux sociaux et à faire connaitre À la conquête de l’Histoire !

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *