Paul-Frédéric Rollet nait le 20 décembre 1875 à Auxerre où était stationné son père officier du 46ème Régiment d’Infanterie de Ligne.

Paul Frédéric Rollet avec le grade de colonel
Paul Frédéric Rollet avec le grade de colonel

Fasciné par l’armée, il rejoint l’école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1894. Élève appliqué et brillant, le lieutenant Rollet est affecté au 91ème Régiment d’Infanterie localisé à Mézières dans les Ardennes avant, en 1899, de rejoindre le 1er Régiment Etranger à Sidi-Bel-Abbès en Algérie.

Le lieutenant Rollet sert trois ans en Sidi-Bel-Abbès puis à Madagascar avant de revenir en Algérie où il sera promu capitaine en mars 1909. Il prend le commandement de la 3ème compagnie montée du 1er bataillon de marche du 2ème Régiment Étranger d’Infanterie de 1909 à 1914.

Lorsque la première guerre mondiale éclate, il est en permission en France. La Légion étrangère n’étant pas autorisée à combattre sur le sol national, le capitaine Rollet, qui veut absolument défendre son pays, rejoint le front où il sera blessé deux fois.

Rollet avec ses hommes du RMLE
Rollet avec ses hommes du RMLE

En 1917, il prend le commandement du Régiment de marche de la Légion étrangère, qui est désormais autorisé à se battre en métropole, avec le grade de lieutenant-colonel. Sous les ordres de Rollet, le RMLE participera à plusieurs batailles lors desquelles les légionnaires se couvriront de gloire jusqu’à la fin de la guerre et la victoire finale contre l’ennemi allemand.

La grande guerre terminée, Rollet et son régiment participent à la pacification du Maroc avant de revenir en Algérie en 1925 pour prendre la tête du 1er Régiment Étranger avec le grade de colonel. Il occupera le poste jusqu’en 1931 date à laquelle il devient le premier inspecteur de la Légion, poste créé spécialement pour lui.

Paul Frédéric Rollet, le père de la Légion
Paul Frédéric Rollet, le père de la Légion

En tant qu’inspecteur de la Légion le général Rollet, toujours très préoccupé par le bien-être et le moral de ses hommes, met en place une œuvre sociale pour venir en aide aux anciens légionnaires afin qu’ils puissent obtenir un travail et un logement décent. En effet, au début des années 30 la crise financière frappe le monde entier et les anciens militaires en sont souvent réduit à vagabonder pour survivre et beaucoup d’entre eux finissent sans le sous, en prison ou encore mettent fin à leurs jours.

Le 20 décembre 1935, après 41 ans au service de l’armée Française dont 33 dans la Légion étrangère, bardé de médailles et de décoration, le général Rollet prend sa retraite.

Malade, le légendaire « Père de la Légion », s’éteint le 16 avril 1941 à Paris.

Trop peu de personnes connaissent aujourd’hui la vie de ce grand homme qui à passé son existence au service de la France.

Pour en savoir plus sur le Général Rollet :

Le général Paul-Frédéric Rollet, Pierre Soulié (2007)

Si vous aimez mes articles, n’hésitez pas à les partager sur les réseaux sociaux et à faire connaitre À la conquête de l’Histoire !

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *